Accueil/Street Workers Network/Web de Rue : Forum Digital International des Travailleur·euse·s Sociaux·ales de Rue/Constats & recommandations du réseau international des travailleur·euses sociaux·ales de rue dans le contexte de la pandémie Covid-19 par région

Constats & recommandations par région

Lors de Web de Rue, Forum Digital International des Travailleur·euses Sociaux·ales de Rue, des activités d’échanges pour les membres de Dynamo International – Street Workers Network (DISWN) ont été organisées afin de récolter les constats et recommandations dans chaque région du réseau.

Région Afrique

Constats

Dans la plupart des pays, pas de mesures spécifiques pour les populations en situation de rue. Les conséquences sont multiples : augmentation de l’extrême pauvreté et des inégalités sociales, les tissus de solidarité sont déstabilisés. Constats : repli sur soi, évitement, discrimination, vulnérabilité, perte de sens, dilemmes moraux. Les travailleurs sociaux et travailleuses sociales de rue (TSR) ont besoin de moyens de protection et de soutien psychologique tout comme la population en situation de rue.

Recommandations

  • Reconnaitre le travail social de rue (TSDR) comme une profession essentielle et attribuer une rémunération salariale descente.
  • Améliorer l’accessibilité aux soins de santé par une réforme du système, notamment en santé mentale.

Région Asie

Constats

Pas de système de protection sociale et face à la perte de revenus, les enfants, jeunes et leurs familles se retrouvent dans des situations d’extrême précarité, ne pouvant même pas rester dans la rue sous peine de répression. La migration des familles vers les villes augmente leur vulnérabilité. Certains groupes de population « n’existent pas » et dès lors n’ont aucun accès à leurs droits fondamentaux. Augmentation des phénomènes d’addiction, de prostitution, de dépression émotionnelle, et des violences policières.

Recommandations

  • Garantir la mise en application par les Etats de l’Observation Générale n°21 du Comité des Droits de l’Enfant – ONU.
  • Développer des politiques sociales en se basant sur un dialogue avec les enfants et les TSR permettant d’identifier leurs besoins.
  • Les Etats doivent veiller à ce que les programmes de lutte contre la pauvreté ne se focalisent pas seulement sur l’urgence humanitaire mais sur le respect des droits fondamentaux.
  • Développer au plus vite des synergies entre les acteurs pour réduire les risques sanitaires, favoriser les retours à l’école, renforcer le système de protection sociale, garantir une accessibilité des droits pour les enfants en situation de rue et leurs familles.
  • Reconnaitre un statut légal du TSR qui a démontré son efficacité à travailler avec les populations vulnérables en tant de crise.

Région Europe

Constats

Les mesures sanitaires augmentent les risques d’isolement des travailleurs et d’invisibilité des populations en situation de rue.  Dans certains pays, les TSR relèvent avoir dû mener des actions d’Interpellation politique pour faire reconnaître l’utilité du travail de rue en temps de crise sanitaire.  Dans d’autres, le travail de rue a été reconnu comme profession essentielle pour atteindre les populations en situation de rue. Les TSR font face à une surcharge de travail en post confinement.

Recommandations

  • Les Etats doivent garantir la mise en œuvre de l’Observation générale n°21 de l’ONU sur les Droits de l’Enfant, et en particulier ceux en situation de rue, ainsi que la Garantie Enfant de la Commission Européenne.
  • Favoriser des processus de réflexion intersectorielle sur la dimension socio-éducative et la prévention dans le TSDR, rapport à l’école, place dans l’espace démocratique, …
  • Instaurer un dialogue direct avec les populations de rue pour que l’intervention sociale des TSR soit en phase avec les réalités de terrain.

Région des Amériques

Constats

Les conséquences se ressentent avec une augmentation de la pauvreté et des inégalités qui laissent présager une crise sociale profonde. Etat d’exception, loi martiale, militarisation, polarisation, crime organisé, croyances religieuses, comme réponses au virus, mettent en péril l’État de droit et le système démocratique. La crise sanitaire a mis en lumière l’inefficacité des systèmes de santé publique et le manque de protection sociale. Les femmes et les peuples autochtones sont les plus touchés par les conséquences de la crise sanitaire. Les TSR adaptent leurs méthodes de travail et prennent toutes les mesures de protection pour eux et les populations touchées par leurs actions mais l’impact de la crise se fait ressentir au niveau de la santé mentale.

Recommandations

  • Garantir l’état de droit face aux phénomènes de radicalité, de militarisation de la société, de l’extrémisme religieux, du recul du respect des droits humains.
  • Renforcer les programmes d’aide publique des secteurs éducatif, social, santé, pour les populations vulnérables et précarisées, les peuples autochtones et les TSR avec un focus sur la santé mentale pour faire face aux impacts de la crise.

Constats & recommandations des travailleur·euses sociaux·ales de rue
dans le contexte de la pandémie Covid-19, au niveau international

Constats & recommandations au niveau international